Un quart des Belges craignent d’être dérangés davantage cet été et redoutent les effets sur leur santé

 

 

Les insectes viendront en masse perturber nos vacances à domicile

Après l’hiver doux et le beau temps de ces dernières semaines, les insectes nous envahiront probablement en masse cet été, alors que nous serons nombreux à passer nos vacances chez nous, avertit le Professeur Frédéric Francis de Gembloux Agro-Bio Tech – Université de Liège (GxABT-ULiège). Une enquête menée par Vapona, spécialiste de la lutte contre les insectes, et réalisée auprès de 1 000 Belges révèle qu’un quart d’entre eux craignent que les insectes perturbent davantage les occupations estivales telles que les repas en extérieur et les bains de soleil en terrasse. Les moustiques et les guêpes sont les invités les moins appréciés. Dans le cadre de la pandémie actuelle, les Belges sont un quart à s’inquiéter des éventuels effets des insectes sur leur santé.

Les principaux résultats de l’enquête de Vapona menée auprès de 1 000 Belges1 :

  • 51 % des Belges n’ont pas de projets de vacances particuliers et les passeront à domicile. Environ 21 % d’entre eux prévoient de passer des vacances dans le pays et en moyenne 25 % craignent d’être dérangés par les insectes plus que d’habitude ;
  • les insectes les plus irritants sont le moustique (67 %) et la guêpe (64 %). La mouche (35 %) et la tique (31 %) figurent également parmi les insectes les moins populaires ;
  • la présence d’insectes joue sur l’humeur de 37 % des sondés. Ils nous dérangent surtout pendant les repas (70 %), les bains de soleil en terrasse (58 %) et la nuit (53 %) ;
  • les Belges redoutent les insectes et leurs piqûres/morsures pour les démangeaisons et douleurs qui vont de pair (54 %), parce qu’ils ont peur de contracter des maladies (44 %) ou une réaction allergique (37 %). Les éventuels effets des insectes sur leur santé préoccupent, par ailleurs, davantage un quart des Belges dans le contexte de la pandémie actuelle ;
  • 4 Belges sur 10 (40 %) laissent les insectes tranquilles autant que possible. 31 % s’efforcent, en revanche, de s’en débarrasser le plus vite possible.  

Les insectes, éléments perturbateurs des vacances à la maison

En raison de la crise du coronavirus, bon nombre de Belges prévoient de passer leurs vacances à domicile. Si plus de la moitié d’entre eux ont l’intention de se détendre chez eux, environ un cinquième des répondants envisagent d’explorer leur pays. Environ un quart des Belges craignent que les insectes viennent perturber leur tranquillité, cet été. 64 % s’attendent à subir les mêmes inconvénients que l’été dernier. Les Flamands, en particulier, ont peur d’être davantage touchés (NL : 33 %, FR : 13 %). Les sondés attribuent principalement ces nuisances supplémentaires dues aux insectes aux conditions météorologiques (85 %). Et ce constat se vérifie, affirment les entomologistes.

Prof. Francis : « Nous avons eu un hiver doux et de nombreux insectes adultes ont survécu. Nous pouvons donc nous attendre à un été avec une grande présence de certains insectes. Après une période de température élevée ces dernières semaines, les pluies actuelles ont apporté l’eau nécessaire au développement surtout des moustiques, mais aussi des mouches, et beaucoup d’autres insectes. Ils vont profiter de ces conditions climatiques favorables et de la disponibilité de leurs ressources alimentaires : plantes en croissance, déchets organiques en décomposition, proies à disposition en fonction des insectes considérés. »

La présence d’insectes joue sur l’humeur de 37 % des Belges. Nous sommes particulièrement dérangés par les insectes durant les repas (70 %), en terrasse (58 %) et pendant la nuit (53 %). Les insectes sont également des trouble-fêtes lors de certaines activités estivales comme la marche (27 %) et les bains de soleil (16 %). Ils sont les plus gênants dans la chambre à coucher (81 % des Belges placent cet endroit dans leur top 3), la cuisine (69 %) et sur la terrasse (43 %).

Le moustique et la guêpe, les insectes les moins appréciés et les plus présents

Les insectes les moins appréciés sont de loin le moustique (67 % dans le top 3) et la guêpe (64 % dans le top 3). Cette dernière est nettement moins populaire en Flandre qu’en Wallonie (NL : 68 %, FR : 59 %). Ce sont précisément ces insectes que nous rencontrerons en masse cet été. Frédéric Francis : « Nous devons nous attendre à une invasion de moustiques dans les prochaines semaines. Les conditions météorologiques actuelles raccourcissent leur cycle de développement et nous pouvons donc nous attendre à une invasion dans les prochaines semaines. Si la chaleur de cette semaine continue, nous verrons également un grand nombre guêpes. »

Les autres indésirables de nos vacances à la maison sont la mouche (35 %), impopulaire surtout dans la moitié sud du pays (NL : 26 %, FR : 48 %), la tique (31 %), que la Flandre a en horreur (NL : 36 %, FR : 25 %) et la fourmi (18,4 %).

En matière de nuisances, le moustique reste le n° 1 incontesté. Pas moins de 73 % des Belges se disent agacés par cet animal. Les mouches (64 %) et les mouches des fruits (58 %) mettent également nos nerfs à rude épreuve. Les tiques (34 %), les guêpes (32 %) et les taons (16 %), sont les insectes les plus angoissants.

Mais certains insectes présentent aussi des avantages. 7 Belges sur 10 (70 %) estiment qu’ils sont essentiels à notre écosystème et seulement 1 sur 10 (9 %) dit n’y voir aucun intérêt. Qui plus est, nous estimons que beaucoup d’autres petites bêtes sont très utiles, parmi lesquelles l’abeille (55 %), la coccinelle (42 %) et, étonnamment, l’araignée (33 %)

Les piqûres/morsures : le fear factor

La peur que plus de la moitié des Belges ont des insectes est principalement due à la démangeaison ou la douleur que peut provoquer leur piqure ou leur morsure (53 %). C’est surtout le cas des femmes (F : 57 %, H : 48 %). 44 % des Belges qui ont peur des insectes, sont également inquiets d’attraper une maladie comme celle de Lyme. Un cinquième des répondants craignent de contracter une maladie tropicale comme le virus Zika ou la dengue. Les jeunes s’en inquiètent moins (<=34 : 23 %, 35-54 : 31 %, 55+ : 33 %). Environ 1 Belge sur 8 (ayant peur des insectes) a peur de contracter un virus tel que le Covid-19 par une piqûre/morsure. Dans le contexte de la pandémie actuelle, un quart des Belges avouent être plus inquiets des éventuels effets des insectes sur leur santé.

Le Prof. Francis : « Pour éviter les paniques inutiles, il est essentiel de connaître le mode de transmission de ces maladies. Certaines impliquent un insecte vecteur comme le moustique qui transmet les virus du Zika ou de la dengue. En général, les espèces de moustiques communes en Belgique ne sont pas celles qui transmettent ces virus. Vous aurez des démangeaisons plus ou moins importantes en fonction de votre sensibilité personnelle mais sans danger. Il faudra par contre se méfier si vous partez en vacances dans des régions plus au sud, où ces virus sont endémiques et donc potentiellement présents chez les moustiques. Pour le covid-19, pas d’insectes vecteurs, il est transmis par l’air et par des contacts directs. »

Près de la moitié des Belges (47 %) se disent préoccupés par les dangereuses espèces d’insectes exotiques qui apparaissent désormais aussi chez nous. 30 %, en revanche, indiquent que le risque d’entrer en contact avec ce type d’insecte dans notre pays est, à leurs yeux, vraiment faible. Là encore, on constate que les jeunes se soucient moins des espèces d’insectes exotiques (<=34 : 38 %, 35-54 : 47 %, 55+ : 53 %).

Vivre et laisser vivre… ou pas ?

4 Belges sur 10 (40 %) disent laisser les insectes « faire leur boulot ». Cependant, 31 % d’entre eux admettent tout faire pour les repousser. Les 30 % restants sont plus nuancés à ce sujet.

Les insectes que nous trouvons moins gênants ou effrayants, comme l’abeille (73 %) ou la coccinelle (85 %), n’ont rien à craindre de la majorité des Belges. Nous nous débarrasserons plus rapidement d’autres insectes dont nous ne voyons pas l’intérêt. 4 Belges sur 10 achètent des répulsifs pour insectes au moins une fois par an.

Nous utilisons des sprays surtout contre les fourmis (16 %), mais aussi contre les insectes tels que les taons (8 %), les moustiques (9 %), les abeilles (9 %) et les mouches (9 %). En ce qui concerne les tiques (15 %), les moustiques (14 %), les mouches (9 %) et les taons (6 %), nous essayons de nous protéger en appliquant un spray ou une lotion pour le corps.

La tapette à mouche reste également un moyen très populaire de se débarrasser de certains insectes. Nous chassons principalement les mouches (34 %), les moustiques (32 %), les araignées (29 %) et les taons (28 %).

À titre préventif, le Belge se sert souvent de moustiquaires et essaie d’éviter les plans d’eau pour se prémunir des mouches (29 %), des moustiques (20 %), des guêpes (18 %) et des mouches des fruits (15 %).

Récap : Le classement des insectes selon le Belge

Le moins apprécié en général :

  1. Le moustique (67 % dans le top 3)
  2. La guêpe (64 % dans le top 3)
  3. La mouche (35 % dans le top 3)

Le plus énervant :

  1. La moustique (73%)
  2. La mouche (64%)
  3. La mouche à fruits (58%)

Le plus angoissant :

  1. La tique (34%)
  2. La guêpe (32%)
  3. Le taon (16%)

Les plus utile :

  1. L’abeille (55%)
  2. La coccinelle (42%)
  3. L’araignée (33%)

 

À propos de Vapona

Vapona – Votre arme contre les insectes depuis 1961

La marque Vapona a été lancée en 1961. Aujourd’hui, elle est leader du marché des insecticides en Belgique, grâce à son expertise, son efficacité, son sens de l’innovation et sa technologie. La gamme Vapona offre un large éventail de solutions pour se débarrasser des Insectes volants (moustiques, mouches, mites), et rampants (fourmis, araignées, etc). L’assortiment se compose de produits tels que des diffuseurs électroniques, des aérosols, des répulsifs, des autocollants, des pièges, des poudres et bien d’autres encore.

1 Réalisé par l'agence de recherche iVox